Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est indispensable en tant de crise d’ajuster le court terme tout en se projetant à long termes Lorsque la situation financière est dans le rouge, que les dirigeants et salariés sont proches du conflit et de la démission, lorsque l’activité a plongée depuis plus de trois ans… La réalisation d’un projet de développement est alors perçue comme un remède nécessaire alors qu’il aurait pu agir beaucoup plus tôt si les indicateurs de suivi avaient été pris en compte. Au-delà des causes qu’il convient de préciser et de répartir il faut avant tout définir un véritable projet qui fédère le plus grand nombre : - Quelles sont les modifications de fond concernant le positionnement et la stratégie ? - Quelles sont les implications par rapport à l’offre et au fonctionnement actuel ? - Quels sont les moyens nouveaux à mettre en œuvre (investissement et fonctionnement) ? - Quels sont les objectifs et les responsabilités de l’équipe salariée et dirigeante dans la réalisation et le suivi ? - Quelles sont les nouvelles ressources mobilisables à court et long terme ? Cette nouvelle ambition doit dépasser les clivages tout en identifiant les blocages pour que le conseil d’administration prenne ses responsabilités : - Décision concernant les personnes à l’égard de l’évaluation des missions - Orientations sur des partenariats productifs : accords avec le territoire, appui d’une fédération, accords commerciaux… - Définition et mise en œuvre de nouveaux outils de suivi et de pilotage (voir article suivant) Les projets de développement représentent plus qu’une bouée de sauvetage, ils constituent un espoir et définissent une nouvelle stratégie qui quantifie les actions, les objectifs et les moyens et conditions à mettre en œuvre. Les associations en difficulté financière cumulent le plus souvent des modalités de suivi et de pilotage insuffisantes Si la gestion financière, humaine, commerciale… est confiée aux salariés, la responsabilité incombe aux administrateurs en cas de difficultés. Bien souvent la tenue des assemblées générales ne permet pas de rendre compte de l’évolution d’une situation au mieux la comparaison se fait sur l’année précédente. Pour le bureau qui est responsable et qui doit orienter les évolutions, il est indispensable de disposer d’outils de suivi : - de l’activité et de son évolution, - De la répartition du temps de travail - Des moyens affectés aux priorités stratégiques définies par le CA - Des finances : suivre les ratios de trésorerie, d’endettement, de rentabilité Même si l’assemblée générale n’est pas le lieu idéal pour débattre en détail des décisions, le devoir d’information objectif est indispensable. Piloter c’est : - Suivre, évaluer, comprendre - Se projeter, anticiper, se prémunir - Apprécier sa capacité de développement : son marché / ses publics - Définir sur le long terme son positionnement, sa stratégie - Orienter les moyens mis en œuvre - Rechercher de nouvelles ressources et de nouveaux partenaires Ainsi les associations qui se lancent dans de véritables projets de développement et qui disposent des outils de lisibilité de leurs activités perçoivent davantage les limites et le potentiel de leur fonctionnement ainsi que les enjeux

Les projets de développement, et le pilotage bouée de sauvetage et dispositif anti-crise pour les associations
Les projets de développement, et le pilotage bouée de sauvetage et dispositif anti-crise pour les associations

Partager cet article

Repost 0